A nouveau la pluie s’est abattue sur notre tente cette nuit, mais à nouveau, rien ce matin, sinon un ciel bien couvert. Petit déj sur le pouce grâce au réchaud de poche, et nous reprenons la piste de la Loire. Nous sommes partis à 09h00, on ne croise pas beaucoup de monde, c’est paisible… A un moment nous traversons le Cher, pour enfin ! récupérer la « vraie » Loire. Retour à l’intérieur des terres à Avoine, on frime un peu en dépassant 3 nanas cyclotouristes mais Yannick manque de tout gâcher en n’étant pas loin de se gameller dans le fossé (mais que regardait-il donc ? pas devant lui en tout cas…). Fin de matinée bien bucolique, on passe dans les coteaux du Saumur Champigny et lunch dans une brasserie devant le château avec la vue plongeante sur la Loire et l’horizon. Passage obligé à l’OT pour la suite du parcours. A l’entrée, un couple de cyclos avec un drapeau affiché à leur carriole. Intrigué je leur demande à quoi correspond ces 2 vaches rouges sur fond vert. Au drapeau du Béarn ! Ben ça, on aura appris quelque chose.

2013-08-07 08

2013-08-07 12

2013-08-07 09

2013-08-07 12

2013-08-07 13

2013-08-07 13

L’après midi sera traversé de charmants petits villages en bord de Loire, d’ailleurs tellement incontournables que la piste nous fera systématiquement monter par les rues intérieures avant de replonger en bord de fleuve… A hauteur de ? nous nous arrêtons à l’OT pour demander si un camping est sur le chemin. Yannick est motivé pour continuer à rouler histoire de se rapprocher au maximum d’Angers. Moi moins mais on décide de tracer à Ponts de Cé où un camping avec piscine est référencé. Peut être cette fois-ci arriverons-nous à nous baigner.  On a déjà cent bornes dans les pattes, les 25 dernières seront longues à passer. Elles se dérouleront principalement un peu à l’intérieur des terres, avec pour compagnons les champs de maïs. On a fini par longer à nouveau le fleuve pour les derniers kilomètres, sur une portion de route bien large.

Il est 19h quand on débarque au camping, et évidemment à nouveau trop tard pour profiter de la piscine. Damned ! On se dégotera un petit resto, paumé entre deux rues, qui venait d’ouvrir, pâtes bolognaises en terrasse ; l’ambiance musicale est assuré par un relou qui fait partager à tout le monde sa science. Bon on s’est consolé avec une serveuse bien charmante ma foi…

2013-08-07 15

2013-08-07 16

2013-08-07 17

2013-08-07 17

2013-08-07 18